<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d17598024\x26blogName\x3dRa%C3%B4ul+Duguay,+le+philosophe\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_HOSTED\x26navbarType\x3dSILVER\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://philosophe.raoulduguay.net/search\x26blogLocale\x3dfr_CA\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://philosophe.raoulduguay.net/\x26vt\x3d-8131867782491045544', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
  • ÉCRITURE
  • MUSIQUE
  • ARTS VISUELS
  • Profils
  • Souvenirs...
  • Actualités...



 


raoulduguay.net est le site officiel de Raôul Duguay, poète, chanteur, philosophe, peintre... bref, omnicréateur québécois.

Le contenu du site évoluera progressivement au rythme de l'inspiration et des événements.

Pour tout commentaire concernant le contenu, veuillez utiliser la fonction 'commentaire(s)' à la fin de chaque billet.

Pour faire des suggestions concernant le site Web lui-même, veuillez communiquer par courriel avec le webmestre.

Conception :
  Raôul Duguay et Jean Trudeau

Collaboration :
  Annie Reynaud

Révision des textes :
  Monique Thouin

Réalisation :
  Jean Trudeau


Tous droits réservés.

Toute citation doit faire mention de l'auteur et de l'adresse url du site : raoulduguay.net.

Les documents pdf et mp3 peuvent être téléchargés à des fins d'utilisation personnelle seulement. Leur utilisation commerciale est soumise à la Loi sur le droit d'auteur.

Le stress

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
Le défi de la gestion de soi

« Plus de 80 % des travailleurs avouent que le stress nuit à leur assiduité et à leur productivité... 50 % des cadres supérieurs et 40 % des cadres intermédiaires avouent être stressés. Au Québec, le coût du stress représente 7 % du chiffre d'affaire. »
Affaires Plus, 1995.

 Responsable de 90 % de toutes les maladies, selon psychologues et médecins, le stress chronique est le véritable mal du siècle. C'est le mal-être généralisé caractéristique d'une civilisation fondée sur l'urgence et l'explosion, de même que sur la performance et la compétition. Quand on pense que les médicaments les plus vendus sont les tranquillisants, les somnifères, les médications pour ulcères et pour l'hypertension, on comprend pourquoi deux visites sur trois chez le médecin sont reliées au stress.

Le mot « stress » fut inventé par un ingénieur anglais pour mesurer la résistance (force, tension et distorsion) de certains matériaux tels le métal, le bois et le béton. Mais, sur le plan médical, c'est Hans Seyle qui, en l'appelant « syndrome général d'adaptation au changement » en donna la définition :
Le stress est la réponse non spécifique que donne le corps à toute demande qui lui est faite. Cette réponse se manifeste par des changements biologiques mesurables et des effets psychologiques... Le stress, c'est la vie, la base de la motivation et du désir de changement, un système d'alerte et de mobilisation de nos moyens de défense ou de lutte. 
En fait, le stress n'est pas une maladie, mais une réaction. Nous réagissons aux évènements, aux pensées, aux paroles, aux actions, mais avec une intensité différente. Certaines réactions sont saines, d'autres sont maladives. Mais le stress demeure, par définition, « positif », puisqu'il est l'état d'un organisme s'adaptant en réagissant à l'action d'un excitant ou « stresseur » : un microbe, un virus, la température, une intoxication, un choc physique ou émotif, un effort démesuré, une émotion très intense, agréable ou désagréable, etc.

Sur le plan psychosocial, le stress correspond à la perte de la joie de vivre, la perte du naturel et de la spontanéité. Le stress empoisonne le mental, rend l'esprit négatif, pessimiste, dégage un sentiment d'impuissance, d'ennui, de dépression, d'incapacité et de désespoir. Dans le monde des affaires, c'est une calamité! Parce que le stress négatif attaque le système de motivation (en provoquant le je-m'en-foutisme, l'incompétence et une faible productivité), le système émotionnel (en déclenchant la peur, des sautes d'humeur, de l'irritabilité) et le système comportemental (en créant de la méfiance, des conflits, de l'instabilité). Une personne stressée fait fuir le client... et la rentabilité.

Le stress négatif comporte trois phases : l'alarme, la résistance et l'épuisement. Exemple : vous risquez de perdre votre emploi. Vous développez les symptômes du stress : nervosité, anxiété, colère. Mais vous ne laissez pas voir votre déception; vous vous isolez en niant vos émotions, vous résistez. Mais comme cette situation perdure, vous perdez confiance en vous, vous manquez de sommeil, vous êtes frustré, développez un sentiment d'incapacité, manquez de concentration, perdez le goût de lutter : vous vous épuisez. Alors les effets du stress sur votre motivation et votre productivité grandissent et finissent par vous rendre réellement malade. Les hyper-actifs, les compétitifs, les très impatients, les très pressés, les agressifs, dits du type « A », de même que les individus souffrant d'ennui et d'isolement, dits du type « B » sont davantage prédisposés au stress. Les maladies reliées au stress : hypertension, occlusion coronarienne, crise cardiaque, ulcères et surmenage professionnel (burnout). La personne en burnout (stress continu) vit un sentiment d'impuissance, n'a plus de plaisir, se sent épuisée, insatisfaite et décue, prise au piège.

Pour bien gérer les agents stressants externes, il faut éliminer ou diminuer ce qui perturbe son bien-être, mieux organiser son environnement, gérer son temps et son espace, rechercher des activités significatives et valorisantes, rééquilibrer travail-famille et activités-repos, éviter trop de changements en même temps ou mieux, se retirer de la situation stressante. Et pour contrôler les facteurs internes de résistance au stress, il faut améliorer sa condition physique et son alimentation, éliminer toute forme de drogue et mieux dormir, rechercher le support social et familial, relaxer, jouer, rire souvent, pratiquer un art, prendre de bonnes marches et faire le silence. Bref, choisir d'être de plus en plus heureux chez soi et dans son milieu de travail.

RAÔUL DUGUAY

@   |   #  |  haut  | @  >>